Geomatick.com

http://www.geomatick.com/

  • Automatisation d’une cartographie à partir d’un flux RSS (Partie 1) 16 juillet 2017
    Construire une cartographie puis la mettre à jour régulièrement tout en buvant un café, ou plutôt sans s’en occuper est possible. Si le projet de géomatique le permet, les stockages, les traitements et les diffusions automatiques de données spatiales sont même indispensables lors de la manipulation d’une quantité importante d’informations géographiques. Et on peut dire que les chaînes de traitements de données spatiales les plus gourmandes en ressources informatiques concernent les disciplines de la météorologie et de la climatologie. D’après la définition du Larousse, l’automatisation est l’exécution totale ou partielle de tâches techniques par des machines fonctionnant sans intervention humaine. En clair, on configure le serveur ou le PC pour répéter une opération ou un ensemble d’opérations à un instant donné. En géomatique, plusieurs questions se posent pour mettre en œuvre un système de cartographies automatisées : D’où proviennent les données géographiques (site internet externe, machine connectée, production interne, etc) ? Est-il possible de les importer et de les traiter automatiquement sans l’intervention d’un géomaticien ? Quelles sont les informations diffusées ? Et sur …
  • OpenLayers : Lister des attributs liés aux objets géographiques et zoomer sur la carte au survol de l’attribut 1 juillet 2017
    Aujourd’hui, je vous fais part d’un petit script webmapping avec OpenLayers (v4). On ne le redira jamais assez mais cette API permet une liberté de créer, d’ajouter de nouvelles fonctionnalités à votre carte en ligne. Et, dans le même esprit, le tutoriel du jour peut être reproduit avec n’importe quelle donnée vectorielle SIG. Le vecteur est composé d’objets géographiques (features) contenant une géométrie et des attributs. Alors, quel est l’objectif de ce tutoriel? Les attributs du vecteur sont cartographiés et listés dans un conteneur séparément. Du côté de la carte, le clic sur la géométrie de l’objet permet de montrer un ou des attributs visualisés en haut de la liste. D’un autre côté, le survol d’un attribut dans le conteneur déclenche le zoom sur la géométrie de l’objet géographique associé. 1. Liste des objets géographiques du vecteur Dans un premier temps, on se charge de créer les deux conteneurs en HTML et CSS avec Bootstrap : la carte et la liste des attributs avec un scroll. Le vecteur utilisé est de format GeoJSON et représente les pays du monde, il a déjà été utilisé dans plusieurs tutoriels de webmapping comme celui sur  l’affichage des informations géographiques d’u …
  • Un business cartographique au service de l’immobilier : ERNMT Officiel 26 juin 2017
    Aujourd’hui, je réalise une interview avec Avi, créateur associé de la start-up technologique ERNMT Officiel qui génère des diagnostics immobiliers en ligne à des prix défiant toute concurrence. L’élaboration de l’Etat des Risques Naturels, Miniers et Technologiques (ERNMT) est produite directement sur le site https://www.ernmt-officiel.com/ à n’importe quelle adresse postale française! GK (pour Geomatick) : Bonjour Avi, pouvez-vous tout d’abord présenter votre parcours? Avi : Je suis autodidacte dans le développement web et notamment les technologies PHP.  J’ai effectué  un grand nombre de missions en freelance pour le compte de divers clients. GK :  Comment vous est venue l’idée d’ERNMT? Quels en sont les objectifs? Avi : A la suite de ma rencontre avec La société Quartz (propriétaire du site), qui avait pour volonté de créer un système autonome pour gérer ses propres documents. Il fallait pouvoir collecter de nombreuses informations, les stocker et pouvoir y accéder à la demande via une interface web. L’idée ne m’est donc pas « venue » et résulte d’un besoin. GK : Techniquement, quels sont les outils informatiques utilisés pour réaliser ce projet (serveurs, langages de programma …
  • Fusion, redimensionnement et masque de rasters dans QGIS et publication du GeoTiff dans GeoServer 24 juin 2017
    L’objectif de ce tutoriel est de masquer des rasters fusionnés en un fichier selon des limites territoriales définies puis de diffuser la donnée finale via un serveur cartographique. Après le téléchargement des données SIG, on utilise des fonctions basiques pour traiter les rasters dans le logiciel libre QGIS. La donnée en sortie de format GeoTiff est ensuite stockée et stylisée dans GeoServer. 1. Rasters utilisés Pour illustrer cet article, on utilise des données issues d’un modèle d’élévation numérique (DEM : digital elevation model) construit par l’ U.S. Geological Survey’s Center for Earth Resources Observation and Science (EROS) : le Global 30 Arc-Second Elevation (GTOPO30). Le DEM GTOPO30, construit avec des données topographiques vectorielles et satellites, a une résolution spatiale d’environ 1 km (par pixel). Le produit est divisé en 33 dalles dont 27 couvrent chacune 50° en latitude et 40° en longitude sur la zone d’étendue [-180°W ; -60°S ; 180°E ; 90°N] et 6 dalles d’une résolution de 30° en latitude et 60° en longitude sur l’étendue de l’Antarctique. Certes, la précision verticale de GTOPO30 n’est qu’en moyenne d’environ 30 m mais son principal avantage est d’avoir une …
  • Géocodages simple et inversé avec Google Maps et OpenLayers 13 juin 2017
    La localisation d’une adresse postale est utilisée dans de nombreux services en ligne. L’obtention des coordonnées géographiques depuis cette adresse s’appelle le géocodage (ou geocoding en anglais) et si on veut connaître une adresse à partir d’une latitude et d’une longitude, on parle de géocodage inversé. Bien évidemment, cette correspondance demande la mise en place d’une base de données spatiales conséquentes avec des mises à jour continues et seules quelques structures ont développé des API de géocodage. A l’échelle mondiale, on peut citer Bing Maps, MapQuest, Here et Google Maps et on note que pour chaque API, une clé est nécessaire. Dans ce post, on se sert de l’API de Google Maps seulement pour le géocodage et non pour la cartographie dynamique et les objets géographiques générés par OpenLayers (v4). Après la mise en place de la cartographie, on commencera par coder le géocodage simple où chaque géométrie des points localisés est ajoutée dans un vecteur. Puis, par le clic sur la carte, les coordonnées géographiques obtenues permettront d’afficher l’adresse correspondante. 1. Mise en place de la carte avec OpenLayers Dans un premier temps, on s’occupe de l’ergonomie de la c …