Dans les mailles du filet SIG?

Les équipes SIG se sont constituées au fil du temps avec des outils plus ou moins imposés, avec des objectifs de travail ne laissant pas toujours le temps de la réflexion stratégique. Les impératifs et les échéances s’accumulent et la sensation de ne plus appréhender les alternatives offertes devient croissante. Comment combler les lacunes techniques? comment optimiser son travail?, car on fait mais on est convaincu que l’on pourrait faire beaucoup plus vite et plus simplement.

L’utilisation d’un systèmes d’information géographique implique une double activité: d’un côté le travail quotidien, systématique et répétitif de gestion de l’information; d’un autre côté la réflexion stratégique pour adapter l’outil et les procédures de manière à simplifier et optimiser le temps de travail et les résultats obtenus.
Le problème se pose quand le premier prend le pas sur le deuxième: trop absorbés par les tâches de routine on n’arrive pas à lever la « tête du guidon » pour voir quelles sont les possibilités de gain de temps et d’optimisation qui s’offrent à nous.
Posons tout d’abord un axiome du SIG: toute tâche routinière peut être optimisée, soit par modification de la procédure, soit par l’automatisation de tout ou une partie de ces procédures. Si on n’optimise pas une procédure c’est par manque de connaissances approfondies du logiciel qu’on utilise ou parce que le rapport coût/résultat ne le justifie pas.

Aujourd’hui, l’accompagnement (coaching) SIG permet d’aborder ce problème avec des éléments nouveaux.

Le premier a trait à l’ampleur du travail. Les appels à des intervenants extérieurs se fait généralement dans le cadre de projets importants, impliquant principalement des équipes, et suivant des procédures de consultation et d’appel d’offres relativement lourds. Le coaching prend en charge plutôt des problématiques individuelles et ponctuelles et qui ne nécessitent pas de budgets importants.
Le deuxième se réfère aux procédures mises en place. L’automatisation des procédures de gestion sont étudiées dans le cadre du coaching sans « a priori » sur les moyens à mettre en oeuvre. Si dans un premier temps le coach envisagera les moyens d’optimiser les procédures en utilisant à fond les possibilités du logiciel SIG en place, il étudiera aussi la possibilité de mettre en place des outils complémentaires à partir des offres de logiciels OpenSource, ou, en derniers recours, le développement complet d’un exécutable.
Souvent, l’ensemble de ce travail ne prend pas plus de 4 ou 5 heures, permettant de gagner une, deux, ou trois heures de travail par jour.

SIG et collectivités territoriales (3) – Les aspects stratégiques du projet SIG

Les aspects stratégiques d’un projet SIG

Dans la suite directe de l’article précédent, on observe régulièrement dans la stratégie de mise en place d’un SIG dans une collectivité territoriale une double orientation.

Cette orientation stratégique vise à la mise en place des applications de gestion, d’une part, et des applications d’aide à la décision d’autre part. Cette double stratégie est difficile de concilier au niveaux des équipes qui doivent rationaliser le travail de routine au sein des applications de gestion, et, en même temps , essayer de prévoir de nouvelles utilisations de l’information, utilisations qu’on ne connaît pas encore.

Dans les applications de gestion on a pour objectif d’améliorer l’efficacité individuelle des agents dans la gestion des informations spatiales. Les agents doivent remplacer leurs outils et méthodes de travail par les outils SIG et la démarche qui va avec. D’un point de vue
humain, on est devant une rupture qu’il faut savoir gérer si on veut atteindre les objectifs de la mise en place du SIG.
Le simple accompagnement technique, voire les stages de formation, n’est pas suffisant, voire contreproductif s’il ont lieu à contretemps.

C’est à ce stade qu’une évaluation doit être faite pour savoir quel type d’accompagnement est nécessaire. Nous pouvons distinguer deux types d’interventions principales dans le Coaching SIG au niveau des équipes.

LE TEAM BUILDING SIG

Il s’applique aux équipes qui assimilent sans problème majeur les nouvelles technologies. L’apprentissage ne pose pas de problème, mais les compétences existantes ne sont pas utilisées de manière optimale. L’objectif de l’accompagnement est le développement de la performance de l’équipe. Dans ce cas, le contrat de coaching est la définition des objectifs de performance, pour les décliner et les inscrire dans la durée.
Le rôle du coach est de stimuler, dynamiser et recadrer en apportant son expérience et son énergie pour permettre au groupe de se projeter.
Le coach se place en « position haute » par rapport au groupe. Il joue le rôle d’animateur d’équipe  avec son apport technique et méthodologique.
A travers des animations pédagogiques il aide le groupe à trouver sa propre dynamique. Cette méthode s’inscrit dans un temps structuré et une durée courte et déterminée, de l’ordre de quelques semaines, avec des séances rapprochées.
Les responsables hiérarchiques du groupe jouent un rôle de leaders conforté par le consultant. Les responsables co-animent et co-préparent l’intervention.

LE TEAM COACHING SIG

Il s’applique aux équipes qui n’arrivent pas à intégrer facilement la nouvelle technologie, et qui par ce fait, n’arrivent pas à se fixer des objectifs communs au groupe. Chaque intervenant assimile le SIG à sa façon et voit des objectifs différents par rapport à ses
partenaires d’équipe. Ce type d’accompagnement a comme objectif le développement du fonctionnement d’une équipe ou d’un groupe de personnes, dans le cas où les objectifs stratégiques du groupe ne sont pas clairs et où il manquent certaines compétences au sein du groupe.
Le contrat de coaching est de faire émerger les objectifs du groupe.
Le rôle du coach est de faire émerger ces objectifs à moyen et long terme par le groupe, en le questionnant et en reformulant ses propositions. Il accompagne le travail d’appropriation par l’équipe et l’intégration au quotidien de ces objectifs.
Le coach se place en « position basse ». Il est un facilitateur, un médiateur avec la matière du groupe, en faisant appel essentiellement à l’écoute…
Cette méthode s’inscrit dans le temps, de l’ordre de plusieurs mois, avec un travail personnel ou d’équipe entre les séances qui sont espacées. La composante hiérarchique du groupe fait partie du groupe au même titre que les autres. Le consultant anime et prépare seul l’intervention.

Les partenariats externes à la collectivité

Le partenariat est une dimension importante du projet. Il concerne la phase amont de constitution du projet pour l’acquisition des données, mais aussi la phase d’exploitation du SIG. Cela implique la gestion des aspects juridiques associés aux droits d’usages et de reproduction liés aux données partagées. C’est dans la phase amont qu’on défini les rôles de chaque partenaire. Il est donc fondamental pour la suite du projet de pouvoir compter sur un accompagnement qui permette une anticipation des problèmes les plus fréquents et qui orient sur les engagements à prendre ou pas. Ceci est particulièrement vrai dans le cas où les partenaires externes ne sont pas à leur premier projet et où la collectivité peut pêcher par manque d’expérience.

Dans l’article suivant nous commencerons à aborder les aspects techniques indispensables pour la méthodologie de mise en place d’un SIG.