Dans les mailles du filet SIG?

Les équipes SIG se sont constituées au fil du temps avec des outils plus ou moins imposés, avec des objectifs de travail ne laissant pas toujours le temps de la réflexion stratégique. Les impératifs et les échéances s’accumulent et la sensation de ne plus appréhender les alternatives offertes devient croissante. Comment combler les lacunes techniques? comment optimiser son travail?, car on fait mais on est convaincu que l’on pourrait faire beaucoup plus vite et plus simplement.

L’utilisation d’un systèmes d’information géographique implique une double activité: d’un côté le travail quotidien, systématique et répétitif de gestion de l’information; d’un autre côté la réflexion stratégique pour adapter l’outil et les procédures de manière à simplifier et optimiser le temps de travail et les résultats obtenus.
Le problème se pose quand le premier prend le pas sur le deuxième: trop absorbés par les tâches de routine on n’arrive pas à lever la « tête du guidon » pour voir quelles sont les possibilités de gain de temps et d’optimisation qui s’offrent à nous.
Posons tout d’abord un axiome du SIG: toute tâche routinière peut être optimisée, soit par modification de la procédure, soit par l’automatisation de tout ou une partie de ces procédures. Si on n’optimise pas une procédure c’est par manque de connaissances approfondies du logiciel qu’on utilise ou parce que le rapport coût/résultat ne le justifie pas.

Aujourd’hui, l’accompagnement (coaching) SIG permet d’aborder ce problème avec des éléments nouveaux.

Le premier a trait à l’ampleur du travail. Les appels à des intervenants extérieurs se fait généralement dans le cadre de projets importants, impliquant principalement des équipes, et suivant des procédures de consultation et d’appel d’offres relativement lourds. Le coaching prend en charge plutôt des problématiques individuelles et ponctuelles et qui ne nécessitent pas de budgets importants.
Le deuxième se réfère aux procédures mises en place. L’automatisation des procédures de gestion sont étudiées dans le cadre du coaching sans « a priori » sur les moyens à mettre en oeuvre. Si dans un premier temps le coach envisagera les moyens d’optimiser les procédures en utilisant à fond les possibilités du logiciel SIG en place, il étudiera aussi la possibilité de mettre en place des outils complémentaires à partir des offres de logiciels OpenSource, ou, en derniers recours, le développement complet d’un exécutable.
Souvent, l’ensemble de ce travail ne prend pas plus de 4 ou 5 heures, permettant de gagner une, deux, ou trois heures de travail par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *