Terrain Tools pour ArcGis 10.3 et ArcGis Pro

Les techniques standard pour représenter le terrain, comme l’ombrage, sont suffisantes pour de nombreuses applications, mais avec Terrain Tools vous pouvez représenter le terrain sous différentes conditions d’éclairage, ou bien utiliser des techniques plus artistiques. Cet ensemble d’outils complètent ou prolongent ce que vous trouverez dans le logiciel par défaut. Ces techniques sont souvent difficiles à trouver ou à mettre en œuvre. Le projet Terrain Tools rassemble certaines de ces idées dans une boîte à outils qui fournit les fonctionnalités permettant de créer des représentations alternatives du terrain dans ArcGIS.

Les Terrain Tools sont contenues dans une toolbox pour l’utiliser soit avec ArcGIS Desktop 10.3, soit avec ArcGIS Pro 1.0. Continuer la lecture de « Terrain Tools pour ArcGis 10.3 et ArcGis Pro »

ArcGis : Jointure spatiale multiple (1-n) d’attributs

Les jointures entre tables ou entre couches ne posent pratiquement pas de problème du moment où on a une correspondance unique entre les deux éléments qu’on essaye de joindre. A un enregistrement de la table ou couche de référence, correspond un ou aucun enregistrement de la table ou couche à joindre. La table ou couche résultante de la jointure peut être traitée comme tout autre table ou couche.

Les choses se compliquent toujours quand la table ou couche à joindre contient plus d’un enregistrement correspondant au même enregistrement de référence. On parle alors de relation 1-n. Nous verrons ici une option cachée qui permet de répondre à une partie de questions qu’on se pose dans le cas des jointures spatiales de type 1-n. Continuer la lecture de « ArcGis : Jointure spatiale multiple (1-n) d’attributs »

ArcGis et Python (3) : votre premier script

Si vous avez lu les deux articles précédents  ArcGis et Python :Avant de faire vos premiers pas et  ArcGis et Python : pour bien démarrer, vous êtes prêt pour vous lancer.

Il y a deux choses que vous devez apprendre : le langage Python et comment utiliser la bibliothèque de géotraitement Python d’ArcGis. En ce qui concerne le langage Python, des tutoriaux ne manquent pas. Mais n’oubliez pas que vous en aurez besoin que des bases du langage. Vous allez essentiellement enchaîner des outils ArcGis déjà tous faits.

Nous allons voir ici un premier exemple de script et son intégration dans votre toolbox personnelle. Continuer la lecture de « ArcGis et Python (3) : votre premier script »

Découpage des rasters dans ArcGis

Comment découper des rasters dans ArcMap?

Vous pourriez être surpris d’entendre cela, mais il y a deux façons de découper des rasters dans ArcMap. La technique classique est l’outil « clip raster » (« découpage raster ») dans ArcToolbox. Ceci a été le seul moyen pendant longtemps.
Mais, depuis la version 10, vous disposez en standard d’une barre d’outils « Analyse d’Image ». Cet outil contient aussi un moyen de découper de rasters et des images.
Le principal avantage de la barre d’outils d’analyse d’images, c’est que vous pouvez visualiser le résultat final avant de l’exporter!.

Nous allons voir les deux méthodes, en découpant une partie de l’orthophoto littorale de l’IGN avec les limites communales de Pont-Aven.

orthophoto IGN pont-aven

Première méthode: ArcToolbox: outil clip Raster

Dans ArcToolbox (Data Management> Raster> Traitement Raster> Clip), double-cliquez sur l’outil de clip.

renseignement de l'outil clip raster d'arcmap

Renseignez les champs:

Raster d’entrée (obligatoire) c’est le raster à partir duquel vous souhaitez extraire une partie. Nous voulons couper le raster « 2011-1820-6787-OL-RVB-L93.jp2 ».

Étendue de sortie (en option) c’est la limite du polygone que vous souhaitez extraire. Vous pouvez sélectionner des enregistrements spécifiques dans l’ensemble de données polygone et la découpe se fera en suivant cette limite. Dans notre cas, nous avons sélectionné le polygone correspondant à la commune de Pont-Aven.

Cochez la case « utiliser les entités en entrée pour le découpage ». C’est cette option qui indique à ArcMap d’utiliser les enregistrements sélectionnés dans la couche polygones. Si elle n’est pas cochée, tous les polygones présents sont utilisés comme imite de découpe.

Sortie Raster Dataset c’est le nom de la sortie (raster découpé). Ajouter une extension pour la sortie (.tif, .img, .jpg, etc.) car c’est l’extension entrée ici qui détermine le format du raster en sortie.

Valeur NoData Valeur (en option) Tous les pixels qui sont à l’extérieur de la limite de découpage auront par défaut une valeur NoData. Quand vous chargerez le raster, ces pixels n’apparaitront pas. Vous pouvez changer ça en leur donnant une autre valeur.

Exécutez l’outil en cliquant sur OK. Le raster en sortie sera découpé selon le polygone de Pont-Aven.

résultat du découpage de l'orthophoto

Deuxième méthode: clip Raster (Barre d’outils Analyse d’Image)

Vous devez commencer par activer la barre d’outils d’analyse d’images (Fenêtre -> Analyse de l’image). La fenêtre d’analyse d’image sera affiché dans ArcMap.

ouverture de la barre d'outils analyse d'image d'arcmap

Ceci ouvre la fenêtre d’Image Analysis.

fenêtre image analysis d'arcmap

Dans la barre d’outils d’analyse d’image, sélectionnez le raster que vous souhaitez extraire. Assurez-vous que la case est cochée et que le nom de la couche est en surbrillance. Si vous ne le faites pas, le bouton de clip sera grisé.

bouton clip de la fenêtre image analysis d'arcmap

Le bouton Clip est le premier bouton de la section « Processing ».

Dès que vous pressez le bouton, une nouvelle couche (virtuelle) est ajoutée à la barre de légende avec le résultat du découpage.
Si vous désactivez dans la barre de légende le raster complet, vous pouvez voir le résultat de la commande.

résultat du clip de la commande image analysis d'arcmap

Tout ce que vous avez à faire maintenant, c’est d’enregistrer ce raster découpé : clic droit sur la nouvelle couche virtuelle -> Données -> exporter des données : Choisissez l’emplacement et le nom du fichier que vous souhaitez enregistrer. Vous pouvez également modifier la taille des cellules et le format du raster en sortie. Cliquez sur Enregistrer.

Cette deuxième méthode peut aussi être utilisée sans créer de raster définitif. Simplement vous pouvez l’utiliser pour réduire la taille des rasters affichés et accélérer votre travail.
Une fois la couche virtuelle créée, vous pouvez supprimer le raster d’origine de la fenêtre de légende, et travailler sur le sous-ensemble en lieu et place de l’original.

Si vous êtes amené à travailler sur des données LIDAR, vous adorerez cette méthode!!!